Breaking News

La première mission spatiale habitée de la Chine décolle avec succès depuis 2016

Depuis le désert de Gobi, dans la province septentrionale de la Mongolie intérieure, les trois astronautes chinois sont partis ce matin pour la station spatiale Tiangong pour construire et nettoyer la maison imminente. C’est l’un des 11 lancements, dont quatre habités, dont il aura besoin avant d’opérer fin 2022. Le vaisseau spatial Shenzhou-12 s’arrimera au module central qui avait déjà été envoyé dans l’espace fin avril.

Tiangong (Palais céleste, en mandarin) est l’ambitieux plan chinois pour implanter ses takonautes dans l’espace à vocation stable. Il est destiné à atténuer les rigueurs du confinement, de la distance et de l’ennui.

Chaque astronaute aura son espace individuel, ils partageront un vélo d’appartement et un centre de communication pour envoyer des emails et des visioconférences et ils pourront embarquer une quantité raisonnable d’objets personnels et de loisirs. Tiangong devrait orbiter autour de la Terre à une distance comprise entre 340 et 450 kilomètres. Sa durée de vie est estimée à une dizaine d’années et jusqu’à 15 ans avec les ajustements dus et si les accidents la respectent.

La vengeance comme encouragement
Tiangong confirme que la vengeance est un puissant éperon. La Chine a lancé le projet après que les États-Unis ont opposé leur veto à sa participation à la Station spatiale internationale (ISS) en raison de sa réticence à partager une technologie sensible. Un négociateur chinois l’a expliqué dans le quotidien hongkongais South China Morning Post : « Ils nous ont dit que nous ne respections pas les normes.

Ils nous ont traités de voleurs. Nous n’avons pas pu ravaler l’humiliation et nous avons décidé de construire la nôtre ». Les boycotts américains sont un coup de pouce constant et nécessaire pour la Chine. De plus, ses semi-conducteurs, un secteur qu’il avait négligé en raison de sa dépendance à l’extérieur, se sont vigoureusement développés après avoir été touchés par Washington pendant la guerre commerciale.

L’ISS agit comme une ONU spatiale. Le projet rassemble 16 pays et a déjà abrité 240 astronautes. La Chine est quatre fois plus petite et a mis plus de temps que prévu mais les vents soufflent en sa faveur.

L’ISS a 15 ans, ses maux nécessitent des réparations constantes et la NASA prévoit de retarder sa retraite prévue en 2024 jusqu’en 2028. Les Chinois seront, de toute façon, les seuls opérationnels à la fin de cette décennie. Certains astronautes européens étudient le mandarin à cause des promesses chinoises qu’il sera inclusif.

Neuf expériences de 17 pays ont été choisies pour la mission qu’il a entreprise ce matin. “Nous voulons que ce soit un laboratoire spatial qui profite à toute l’Humanité”, a précisé cette semaine un responsable lors d’une conférence de presse. Une fois terminé, a-t-il ajouté, des vols partagés avec des astronautes étrangers arriveront.

Des scientifiques de quinze pays ont rejoint le programme chinois et participeront à des expériences communes. Une seule proposition rejetée est connue : elle venait des États-Unis et, selon Pékin, “elle ne répondait pas aux normes”.

Des études commandées par le gouvernement chinois ont mis en évidence un énorme potentiel de collaboration spatiale entre les deux puissances dans des domaines tels que le changement climatique, l’astronomie, les prévisions météorologiques ou la collecte des déchets, mais elle a également établi que les lois américaines l’interdisent.

Vétérans de l’espace
Le lancement de ce matin était le premier habité en cinq ans. La Chine a confié la mission à des astronautes ayant une expérience avérée pour minimiser les risques. Il est dirigé par le commandant Nie Haisheng. Sa biographie parle d’un type solvant : ce sera son troisième lancement après ceux de 2005 et 2013 et il deviendra, à 56 ans, le plus jeune astronaute chinois dans l’espace. Il était membre du premier cinquième de la guilde, en 1997, et capitaine de la brigade d’astronautes de l’Armée populaire de libération.

Liu Boming a également la cinquantaine, fait partie de ce cinquième des pionniers et connaît l’espace de près. Seul Tang Hongbo, 45 ans, fera ses débuts. L’équipage a accumulé plus de 6 000 heures de formation pour cette mission et passera les trois prochains mois sur la station spatiale.

La Chine a rejoint la course avec la verve d’un retardataire. Il a envoyé son premier homme dans l’espace en 2003, et trois membres d’équipage ont fait leur première sortie du navire en 2008. Et depuis, la frénésie. Les missions les plus audacieuses et les plus médiatiques émergent maintenant de Pékin, la course à l’espace étant soulignée par le président Xi Jinping comme la clé pour étayer le respect mondial et stimuler le développement technologique.

La Chine a publié cette semaine des photos de la surface martienne. Ils avaient été emmenés par le robot Zhurong, arrivé mi-mai après un voyage de sept mois et ces “neuf minutes de terreur” au cours desquelles la sonde descend au sol sans contact avec la base au sol. Il y a deux ans, il avait déjà illuminé la face cachée de la Lune avec les images envoyées par la sonde Chang’e 4.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *