Notre rentabilité par emplacement est très élevée, entre 15% et 20%

Related

Correction sur le marché des cryptomonnaies : quel avenir pour l’Ethereum ?

Le marché des cryptommaies est actuellement en correction. L’Ethereum...

Instagram serait-il dangereux pour les adolescents ?

Les réseaux sociaux ont en général un impact négatif...

Délocaliser sa société en Europe de l’Est : quels avantages ?

Lorsqu’une société souhaite augmenter  ses profits ou se relever...

Le point sur la crise sanitaire du Coronavirus

Il est quasiment impossible de suivre l’actualité sans qu’on...

La tournée d’Emmanuel Macron à Marseille

Marseille, une ville singulière de France, rencontre plusieurs problèmes...

Share

Le Groupe DIHME vient de clôturer le rachat d’El Kiosko, combinant la restauration de 37 établissements et près de 20 millions d’euros de chiffre d’affaires. La crise dérivée du Covid-19 a changé le fonctionnement du secteur et a conduit des entreprises comme celle-ci à faire de la livraison à domicile un point clé. elEconomista s’est entretenu avec Daniel Sala, PDG du groupe, pour connaître ses projets.

Comment avez-vous vécu la crise du Covid ?

C’était un défi pour le secteur que nous avons relevé avec brio. Au départ, il s’agissait de maintenir la santé des employés et des clients. Puis vint la partie travail, essayant de continuer à vendre. Nous avons beaucoup d’affaires dans la livraison et la vérité est que cela a continué à bien fonctionner.

Il y avait un temps de crise des cabinets tous les jours et on s’en est sorti. La bonne partie est que nous obtenons des leçons très précieuses de tout. Nous avons réussi à maintenir la vente mieux que d’autres sociétés et nous en avons profité pour intégrer des équipes qui ressemblent à une bombe, c’est en phase avec ce que nous faisons. L’intégration avec El Kiosko a été une opportunité unique qui ne se serait pas présentée sans une pandémie.

Quelle partie de l’entreprise la « livraison » implique-t-elle ?

Avant El Kiosko, cela représentait environ 80 à 90 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Maintenant il y en a beaucoup moins, ça pèse environ 60%.

Sur le plan financier, comment s’est terminé 2020 ?

Nous avons donné du profit, qui n’est pas petit pour celui qui était en baisse. En ventes, nous avons réalisé environ 10 millions, environ 20 % de moins qu’en 2019. Nous avons eu la chance d’avoir des livraisons et une bonne position sur ce segment. Le Kiosko a de très beaux endroits et 90% avaient une terrasse.

Nous sommes super heureux de vous présenter cette intégration qui a signifié un bond exponentiel, notamment parce qu’elle intègre un savoir-faire inestimable, celui des fondateurs d’El Kiosko, qui restent avec nous, et parce que nous avons désormais une marque déjà consolidée, avec 20 magasins, des plans d’expansion très puissants mais sans précipitation.

Nous clôturerons cette année avec dix nouveaux restaurants et nous atteindrons 250 en trois ans. Au total, une cinquantaine de restaurants à El Kiosko, on ne veut pas partir de là pour un problème de marque. De plus, nous voulons obtenir d’autres entreprises qui sont tout aussi bien soignées.

Quels projets avez-vous pour 2021 ?

En 2021, nous fermerons avec 10 autres restaurants El Kiosco à Madrid. Nous travaillons avec ceux qui souhaitent l’installer à Barcelone, mais rien de fermé. Nous avons un autre projet, la Sagrada Fábrica, avec deux ouvertures en attente. Ils sont probablement à Tolède, car ce sera un investissement de la brasserie.

Quels autres marchés ne vous intéressent pas encore ?

Barcelone nous intéresse beaucoup. Aussi le Levante, car c’est une zone très kiosque, et l’Andalousie. Aussi Saragosse, nous comprenons que c’est un endroit où il faut être. Ensuite, les petites villes que nous aimons parce que nous les considérons aussi pertinentes, comme Salamanque, Valladolid, Ségovie, Tolède, sont des zones où cela fonctionnera.

Quel est l’investissement prévu pour les 10 ouvertures ?

Nous allons en faire un de nos 10, qui sera à Madrid, et les neuf autres sont des franchisés. En moyenne, ils ont été de 400 000 euros à chaque ouverture.

Vont-ils finir cette année avec des avantages ?

Oui, bien sûr, il y aura un bénéfice cette année. Et l’ebitda commun des entreprises doit être d’environ plus de 2 millions d’euros. C’est ce que nous anticipons.

Ces opérations ont-elles été modifiées à la suite de la pandémie ?

L’année 2020 a été très différente et notre position pour 2021 est ce dont je vous ai parlé. En ce moment, nous attendons de voir ce qui se passe. Pour l’instant nous sommes toujours ouverts, nous continuons avec de bonnes heures, etc.

Quel pourcentage est détenu et quel est le montant de la franchise ?

À l’heure actuelle, le réseau est quatre à lui sur 20 au total. L’année prochaine, nous serons cinq sur 30, sans aucun doute. Et donc nous voulons toujours continuer à grandir. Un restaurant par an est notre plan, car je pense que c’est sain et nous apprenons des restaurants.

Ont-ils dû recourir à des financements pour le Covid ?

Oui, via l’ICO. Lorsque vous baissez les ventes d’un point, le compte de résultat en souffre beaucoup. Nous ne savons pas quand il se rétablira. Espérons qu’en 2021 ou 2022 nous prendrons les ventes de 2019, mais avec cette incertitude, vous devez avoir du financement. C’est une fête que nous paierons, mais en plusieurs versements.

Proposent-ils l’entrée de capitaux extérieurs ?

Non. Nous aimons les accords comme celui d’El Kiosko, qui est très en phase entre les deux personnes et un projet commun pour la croissance de l’entreprise. Que m’apportera un fonds ? Argent? Pour 50 restaurants, je n’en ai pas besoin.

Quelle rentabilité moyenne a chaque magasin ?

Elle est très grande. Il est compris entre 15% et 20%. Nous facturons sur toutes les plages horaires, nous frôlons le million d’euros de chiffre d’affaires pour chaque restaurant.

Le ticket moyen a-t-il baissé avec la pandémie ?

Il tient assez bien. Il est tombé au début, car un menu Covid était composé de moins de plats, mais avec le retour à la normalité et l’incorporation de nouvelles fonctionnalités, il récupère.

Quels sont vos objectifs financiers ?

Je n’aime pas les boules de cristal, b

Mais l’objectif est d’avoir 5 millions d’ebitda en cinq ans. Ceci est basé sur une croissance allant jusqu’à 50 El Kiosko, une quinzaine d’usines Sagradas, la position que nous avons dans Telepizza et le lancement d’une nouvelle marque. Il y a beaucoup de déplacements dans les achats et les économies de coûts.

Et dans l’emploi ?

Nous sommes nombreux et nous le serons davantage. Nous sommes dans ces cinq années à environ 1 500 personnes entre franchisés et propres.

Il parlait d’une nouvelle marque, quand et comment ?

Le croquis est assez net. En septembre ou octobre, nous l’avons entièrement aménagé en l’absence de locaux. D’ici la fin de l’année nous ouvrirons. Ce sera un Kiosque, mais différent, dans lequel il pourra être consommé du petit-déjeuner au dîner. Il se souviendra des peuples, il y a plusieurs décennies.

Qu’est-ce qui a changé chez les clients avec la pandémie?

Les emplacements, la livraison… et cela a entraîné de nombreux changements, comme des cuisines sombres. Nous allons sûrement ouvrir certaines de ces cuisines pour servir les gens qui aiment El Kiosco, mais pas du restaurant, d’un autre endroit. El Kiosko n’est pas un endroit où les motards entrent pendant que vous dînez.

Utilisent-ils une plate-forme ou ont-ils leurs propres livreurs ?

Nous avons nos propres distributeurs, sur le personnel. Ils vous ont récemment regardé comme si vous étiez fou de faire ça, mais la livraison va subir une transformation à partir de zéro.

spot_img