Politique : les réactions nées suite au retrait des Etats-Unis de l’Afghanistan

Related

Correction sur le marché des cryptomonnaies : quel avenir pour l’Ethereum ?

Le marché des cryptommaies est actuellement en correction. L’Ethereum...

Instagram serait-il dangereux pour les adolescents ?

Les réseaux sociaux ont en général un impact négatif...

Délocaliser sa société en Europe de l’Est : quels avantages ?

Lorsqu’une société souhaite augmenter  ses profits ou se relever...

Le point sur la crise sanitaire du Coronavirus

Il est quasiment impossible de suivre l’actualité sans qu’on...

La tournée d’Emmanuel Macron à Marseille

Marseille, une ville singulière de France, rencontre plusieurs problèmes...

Share

Depuis près de deux décennies, le gouvernement américain d’antan avait ordonné une installation d’une base armée américaine en Afghanistan. Cette décision est née de la coalition entre les deux Etats dans la lutte contre le terrorisme orchestré par les talibans. Les Etats-Unis étant vivement frappés par les attaques terroristes, il était de leur intérêt de combattre le terrorisme à la source même. Depuis quelques jours, le retour surprenant des troupes américaines créent des étonnements.

La réaction du peuple afghan face au départ inattendu des troupes américaines

Le terrorisme n’est pas un fait nouveau pour le monde. Les talibans longtemps combattus par l’armée américaine sont considérés comme les pionniers des attaques terroristes. L’Afghanistan après plusieurs enquêtes a également été diagnostiqué comme la réelle origine des talibans. Suite à l’installation d’une base américaine dans cet Etat, les talibans considèrent le peuple afghan comme un traite de leurs idéaux. Il était alors remarqué des attentats contre les Afghans.

L’armée américaine devrait alors combattre les talibans pour leur propre compte et pour le compte de leur allié l’Afghanistan. La récente décision de départ des troupes américaines a donc créé la peur dans plusieurs esprits afghans. Les plus habiles de ce peuple ont donc décidé de rentrer aux Etats-Unis par tous les moyens possibles avant l’extraction totale des forces américaines. Il a donc été enregistré dans les cargos militaires des centaines d’afghans délaissant leurs biens personnels pour les Etats-Unis. Au même moment, les talibans considéraient ce départ comme une victoire contre le gouvernement local.

Les critiques des autres autorités américaines

Les Etats-Unis d’Amérique ont toujours nourri une réputation du peuple le plus fort. Après l’attentat dévastateur qu’ont orchestré les talibans contre l’Amérique il y a deux siècles, la décision de siéger en Afghanistan était une punition. En effet, pour les dirigeants de l’époque, il était inconcevable que des militants d’une nation inférieure osent se prendre à des citoyens américains. Il fallait décourager cet acte en mettant hors de nuire tous les opposants jusqu’au dernier taliban.

Cette opinion a été clairement développée par le chef de la minorité républicaine du Sénat américain Mitch McConnell. En effet, lors d’une de ses publications sur les réseaux sociaux, il faisait savoir que cette décision du gouvernement actuel était synonyme d’un désastre. Pour lui, ce départ serait une honte pour l’histoire américaine. En dehors de cette autorité, le président George Bush qui avait autorisé le début des opérations en 2001 affirme aussi sa désolation face à ce retrait.

Les explications du gouvernement Biden

Le président américain Biden a expliqué de façon succincte sa décision de retrait des troupes. Pour lui, il n’y a jamais vraiment eu la bonne opportunité pour faire revenir aux pays ces vaillants soldats qui risquaient nuit et jour leur vie protéger les afghans. Par ailleurs, il juge les forces armées afghanes peu déterminées dans cette guerre. La meilleure décision pour lui serait donc d’enclencher ce retrait en ordre ou non.

Aussi, déclare-t-il que cette installation des armées américaines ailleurs a trop duré et que l’objectif n’était pas la construction d’une nation. Les objectifs réels poursuivis étaient uniquement les représailles contre les assaillants terroristes. Il fait également savoir que ce départ n’était pas uniquement de sa volonté, mais avait déjà été consenti par l’ex-président américain qui avait enclenché les démarches nécessaires.

spot_img